Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Chaque génération se croit plus intelligente que la précédente et plus sage que la suivante" G. Orwell.

11 Mar

Municipales 2014 : le cas des ZSP

Publié par M.L  - Catégories :  #Municipales

Municipales 2014 : le cas des ZSP

Selon un sondage CSA[1], 37% des français considèrent que « la lutte contre la délinquance » doit être la préoccupation prioritaire de leur commune juste après « le montant des impôts locaux » (42%). La lutte contre la délinquance arrive même en tête des priorités (47%) dans les villes de plus de 30 000 habitants. En revanche, le thème ne pointe qu’à la 10e place (13%) pour les communes de moins de 1000 habitants. Face à la « ghettoïsation » d’un certain nombre de territoires, Manuel Valls a annoncé, par la voix d’une circulaire, la création des Zones de sécurité prioritaire (ZSP) dès le 30 juillet 2012. Initialement, 15 quartiers ont été labellisés ZSP. Aujourd’hui, ces ZSP représentent 80 territoires à travers toute la France (42 départements concernés) pour une population d’environ 2 000 000 d’habitants[2]. La région Ile-de-France concentre à elle seule ¼ de ces ZSP.

Un premier bilan des zones de sécurité prioritaire.

Pour le député du Val d’Oise Jean Pierre Blazy, Co-rapporteur de la mission « Sécurité », les Zones de sécurité prioritaires correspondent à ces territoires où « les actes de délinquance ou d’incivilités sont structurellement enracinés »[3]. Aussi, l’étiquette ZSP s’apparente à un retour de l’Etat dans ces quartiers où la délinquance prend des formes hétérogènes (trafic de stupéfiants, cambriolages, violences urbaines). Chaque ZSP s’articule autour de deux volets. Le premier, exclusivement dédié à la « sécurité » vise à renforcer les synergies entre les forces de sécurité et de justice (brigade anti-criminalité, police aux frontières, compagnie républicaine de sécurité, parquet) via la création de structures de coordination. Le second concerne la « prévention de la délinquance » et associe au dispositif sécuritaire d’autres acteurs, issus notamment de la société civile (associations, bailleurs, etc.). Fondées sur une approche décentralisée (codirigée par le préfet, le procureur de la République et le maire), les ZSP sont regroupées selon qu’elles relèvent d’un secteur de sécurité publique (zone police), d’une zone gendarmerie ou d’une une zone mixte. Pour enrayer la délinquance, ces territoires bénéficient également d’allocations de ressources humaines, matérielles et financières additionnelles. En réalité, le dispositif réactualise les contrats locaux de sécurité (CLS), mis en place sous la législature Jospin (1997-2002). À cette époque et en dépit des bons résultats obtenus localement, un rapport de l’Inspection Générale de la Police Nationale (IGPN) avait constaté une explosion de la délinquance globale (+17,7%)[4].

Pour Christian Lambert, actuel préfet de la Seine-Saint-Denis, les premiers résultats sont globalement positifs. Dans son Etat des lieux des ZSP[5], l’ancien patron du RAID note par exemple que les vols avec violences ont baissé de 3,4% dans 24 ZSP. De même, les cambriolages ont reculé de 2,5% dans 19 ZSP. Enfin, les violences urbaines ont connu une baisse significative (-29,2%) dans 23 quartiers concernés. Parallèlement, la proportion d’individus mis en cause pour trafic de stupéfiants a augmenté de 30,7% sur l’année 2013. Si la diminution des actes délictueux dans ces quartiers est à mettre au crédit de la majorité, certains élus s’interrogent à l’image du député socialiste Daniel Vaillant : « À concentrer trop exclusivement les moyens et les interventions, ne risque-t-on pas de déplacer la délinquance en direction de zones moins surveillées ? ». Son homologue de l’UMP Philippe Goujon, co-rapporteur de la mission parlementaire sur la lutte contre l’insécurité dans les territoires espère quant à lui que « les moyens généraux de la police ne seront pas « siphonnés » par les ZSP au détriment des autres secteurs géographiques ».

Municipales 2014 : Quel vote dans les ZSP ?

Curieusement, la campagne municipale n’a pas suscité jusqu’ici de regain d’intérêt pour les zones de sécurité prioritaire. À ce titre, il est indispensable de rappeler que le droit électoral proscrit toute action de promotion durant les six mois qui précédent l’élection[6]. De fait, la gauche ne peut ni communiquer ni capitaliser sur ce bilan encourageant. Les candidats socialistes espèrent pourtant que les électeurs seront sensibles aux efforts fournis en matière de lutte contre l’insécurité. Par ailleurs, nul doute que le « vote ZSP » constituera un objet d’analyse pertinent du vote populaire. Sans trop de surprise, l’abstention et le score du Front National devraient à nouveau focaliser l’attention médiatique. D’ores et déjà, plusieurs questions se posent : Les « bons résultats » en matière de lutte contre l’insécurité permettront-ils de doper la participation citoyenne ? De même, marqueront-ils un frein à la progression du FN et plus généralement au vote extrême dans ces quartiers ? Les dernières enquêtes d’opinion n’invitent pas vraiment à l’optimisme. Aux élections municipales de 2008, la participation avait été extrêmement faible dans la plupart de ces quartiers. À Vaulx-en-Velin, seul 44% des inscrits s’étaient rendus aux urnes. À Tourcoing, l’abstention avait atteint 53,3% contre « seulement » 33,5 % à l’échelle nationale. Si l’actuel maire PS Michel-François Delannoy devrait conserver son siège le 30 mars prochain, le candidat FN Jean-François Bloc (crédité de 23% d’intentions de vote) est cette fois en mesure de jouer les trouble-fête[7]. En 2008, Christian Baeckeroot candidat FN à la mairie de Tourcoing, n’avait réuni que 7,2% des suffrages.

Mathieu Lyoen

[1] « Le match des municipales/Vague 2 » Sondage CSA pour BFMTV, Orange et Le Figaro, Septembre 2013

[2] Voir la carte des ZSP sur www.interieur.gouv.fr/ZSP/Combien-de-ZSP

[3] M. Jean Pierre Blazy, Avis de la commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l’administration générale de la République sur le projet de loi de finances pour 2013, (n° 235), Tome XIII, « Sécurité », 10 octobre 2012.

[4] « Quatrième mission d’évaluation de la police de proximité », Rapport de l’Inspection générale de la police nationale, 20 avril 2011.

[5] « Un premier état des lieux des ZSP », le 12 février 2014.

[6] Article L52-1 du Code électoral. www.legifrance.gouv.fr

[7] Sondage IFOP pour I-Télé et 20 minutes, le 3 mars 2014.

Commenter cet article

À propos

"Chaque génération se croit plus intelligente que la précédente et plus sage que la suivante" G. Orwell.