Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Chaque génération se croit plus intelligente que la précédente et plus sage que la suivante" G. Orwell.

15 Apr

Les élections législatives en Inde !

Publié par M.L  - Catégories :  #International

Les élections législatives en Inde !

Pendant ce temps-là…« la plus grande démocratie du monde » s’apprête à renouveler la Lok Sabha, la chambre basse du Parlement indien qui désignera ensuite le successeur de l’actuel Premier ministre Manmohan Singh. Si cette étape de la vie politique indienne suscite peu de commentaires en France, l’ampleur du défi logistique auquel est confronté l’Etat indien mérite pourtant une attention particulière. 815 millions d’électeurs attendus, 12 millions de personnes mobilisées, 930 000 bureaux de vote, plus de 1 000 partis politiques candidats, cinq semaines de vote non-stop…et seulement deux favoris[1]. Côté social-démocrate, Rahul Gandhi, 43 ans, leader du Parti du Congrès et successeur naturel de Manmohan Singh. De l’autre, Narendra Modi, 63 ans, chef du Bharatiya Janata Party (BJP), principal parti d’opposition libéral conservateur.

Après 10 ans passé au pouvoir, le Parti du Congrès pourrait cette fois devenir minoritaire et laisser sa place aux nationalistes de droite du BJP. Car c’est un « Congrès » très affaibli qui se présente devant les urnes. Discrédité par les affaires de corruption, miné par une croissance économique moribonde et usé par 10 années de règne, le « Congrès » n’apparaît plus comme une force politique capable de relancer le modèle indien. Dernier exemple en date : Lors des élections locales de décembre 2013, le nouveau parti anti-corruption d’Arvind Kejriwal, a ravi la capitale (New Delhi) au Congrès. Un succès inattendu pour ce petit parti composé essentiellement de militants de la société civile, de professions libérales et de personnalités déçues par les deux grands partis nationaux.

Selon une étude récente du Pew Research Center, 60% des indiens souhaitent la victoire du BJP aux élections générales[2]. De fait, Narendra Modi, le leader du BJP s’affirme aujourd’hui comme le candidat le plus crédible pour incarner l’alternance. Après 13 ans passé à la tête de l’Etat industriel du Gujarat – terre de naissance du Mahatma Gandhi – cet ultra-nationaliste hindou est apprécié pour sa capacité à réformer et son parcours de « self-made-man ». Il tentera d’obtenir une majorité de sièges au Parlement (272) alors que le BJP ne compte actuellement que 116 élus contre 138 en 2004 et 182 en 1999. «J’ai besoin de votre appui pour un gouvernement fort et un gouvernement fort, cela veut dire pas moins de 300 sièges à la Lok Sabha» a-t-il récemment déclaré. Sa personnalité autoritaire et sa responsabilité dans les pogroms antimusulmans de 2002[3] pourraient toutefois dissuader une partie de l’électorat modéré.

 

La plus importante élection du monde !

 

En Inde, les députés sont élus au scrutin uninominal majoritaire à un tour pour cinq ans. Dans chaque circonscription, le candidat arrivé en tête des suffrages est aussitôt investi. Ces modalités précarisent le scrutin et rendent fragile tout pronostic. Autre spécificité du système indien, la stabilité politique repose sur la capacité des grands partis à nouer des coalitions. Grâce à ses alliés de l’Alliance progressiste unie (UPA), le « Congrès » possède actuellement 262 sièges à la Lok Sabha, une majorité relative qui ne lui permet pas d’entreprendre de véritables réformes. Au total, la Lok Sabha abrite 543 sièges de députés. Avec 815 millions d’inscrits sur les listes électorales, chaque parlementaire indien représente donc 1,5 million d’électeurs. A titre de comparaison, un parlementaire français représente en moyenne 80 000 électeurs. De même, rapporté à la superficie du pays (environ 3 000 000 km2), chaque député indien hérite d’une circonscription de 6 000 km2. Une couverture géographique cinq fois plus importante qu’en France.

 

« L’Inde est à un tournant de son histoire »

 

Pour Christophe Jaffrelot, directeur de recherches au CERI/Sciences Po et spécialiste de l’Asie du Sud « l’Inde est à un tournant » de son histoire[4]. Alors que la croissance a atteint son niveau le plus faible de la décennie (4,5% pour l’année fiscale 2013 contre 12% en 2010) et que les élites politiques sont largement discréditées, ces élections seront l’occasion de confronter deux projets politiques. Car en dépit d’une campagne globalement décevante - le BJP n’ayant même pas diffusé son « Manifeste Electoral » avant le vote – le « Congrès » et le BJP ont exprimé des desseins différents pour l’Inde.

Le Parti du Congrès prévoit notamment l’ouverture d’un droit à la santé universel alors que la part du secteur public représente aujourd’hui à peine 30% des dépenses de santé[5]. En outre, avec 45% de sa population âgée de moins de 20 ans, le Parti du Congrès s’est engagé en faveur d’une réforme de la formation professionnelle ambitieuse (100 000 millions de formations d’ici cinq ans). Le défi est de taille : au cours des dix prochaines années, l’Inde devra créer 1 million d’emplois chaque mois pour absorber le passage de sa jeunesse à l’âge adulte. Enfin, le « Congrès » souhaite rapprocher les pôles économiques entre eux en développant un réseau moderne de TGV.

Dans son Manifeste[6], le BJP prône quant à lui un « retour de l’investissement », considérant que le boom économique a jusqu’ici largement aux pays étrangers. Le BJP souhaite que le flux de capitaux profite principalement à l’économie nationale. De même, le BJP veut faciliter à faire des affaires en Inde. Le pays se situe actuellement à la 134e place sur 189 nations[7]. A l’instar du « Congrès », le BJP propose de se doter d’un réseau de TGV et de créer cent « villes intelligentes » d’ici 2019. Côté social, la position du BJP semble plus ambiguë. Pour Arun Jaitley, chef de l’opposition à la chambre basse du Parlement, « l’important, c’est de mettre ces droits en œuvre plutôt que d’en créer de nouveaux et ne pas les appliquer ».

 

 

 

Mathieu Lyoen

 

Commenter cet article

plombier paris 08/03/2015 23:10

J'apprécie votre blog, n'hésitez pas a visiter le mien.
Cordialement

À propos

"Chaque génération se croit plus intelligente que la précédente et plus sage que la suivante" G. Orwell.